La boite à Meuh

Hou la la, je suis en retard. Une semaine s’est écoulée depuis la publication de mon dernier article, et je n’ai toujours pas trouvé ce que j’allai écrire dans le suivant. Bon, je pourrais plaider des circonstances atténuantes : une invitation impromptue qui m’éloigne une soirée de mon ordinateur, le premier tour des élections présidentielles avec les copains qui passent toute la journée à la maison, une lecture en cours tellement prenante qu’elle occupe une bonne partie de mon temps libre…

L’excuse la plus sérieuse que je puisse trouver, c’est le printemps.

Ah, Le printemps ! Les beaux jours reviennent. C’est le retour du soleil et des mini jupes. La nature s’éveille et offre à nos yeux émerveillés une myriade de couleurs gaies auxquelles se mêlent le parfum léger des fleurs et les joyeux gazouillis des petits oiseaux. Mais le printemps, c’est aussi l’herbe du jardin qui repousse. Et d’après Mon Amour, pour avoir un joli jardin, l’herbe ne doit pas être trop haute, sinon ça n’est plus un jardin, mais un pré à vache. Alors il faut la couper. Et moi, tondre l’herbe c’est loin d’être mon activité préférée. Je pourrais laisser Mon Amour le faire, mais au Kikimundo, passer la tondeuse, c’est un travail d’homme. Notre gardienne des traditions l’a décrété. Et impossible de se défiler, car chez nous, on ne plaisante pas avec la tradition.

Oui, vous avez bien lu : Un travail d’homme.

Qui aurait pu penser qu’au XXIeme siècle, dans notre sociétés post-industrielle occidentale, les hommes sont encore victimes de discriminations sexuelles ? Dans l’indifférence générale, écrasés par le poids des traditions, nous sommes obligés de nous livrer au quotidien à des tâches ingrates et rébarbatives, comme tondre la pelouse, sortir la poubelle ou découper le poulet ou partager la pizza en cinq parts égales. Je n’exagère pas. De nombreux témoignages le prouve. Voici, par exemple ce que dit Bénabar, dans sa chanson «Bon anniversaire» :

[…]
Encore deux bourriches d’huitres à ouvrir.
Ce qui nous fait soixante douze bonnes raisons d’avoir des points de suture.
Les filles sont dans le salon parce qu’écailleur c’est masculin
Où sont les féministes quand il s’agit de s’ouvrir les mains ?

[…]

C’est indéniable. On constate tous les jours des inégalités de traitement entre les hommes et les femmes. Mais comment pouvons-nous supporter une telle injustice ? Comment arrivons-nous à accepter cet état de fait sans broncher ? Et elles, comment peuvent-elles le justifier ? Nous devons reconnaitre que nos compagnes recèlent de trésors d’ingéniosité pour nous convaincre que c’est l’ordre naturel des choses. La technique la plus répandue consiste à flatter notre ego – «Tiens, toi qui es grand et fort, est-ce que tu pourrais tondre la pelouse ?». Voilà le genre de propos sexiste qu’il faut absolument dénoncer. Les notions de sexe fort et de sexe faible n’ont été inventées que pour nous flagorner. Mais ne soyons pas dupes. Le sexe fort désigne l’ensemble des individus appartenant au genre masculin, et bien que j’en fasse partie, je vous affirme que mon sexe n’a rien de fort. Quand je passe l’aspirateur, par exemple, vous pensez que je pousse les meubles avec quoi ? Croyez-vous vraiment que j’arrive à bouger le canapé sans lâcher le tuyau de l’aspirateur ? Et bien non. Pour pousser les meubles, je fais comme tout le monde. J’utilise mes mains. Personne n’est capable de soulever un canapé à la force de son sexe.  Ça se saurait. Un tel individu serait aussitôt exposé comme un phénomène de foire. Le sexe fort n’existe pas. Ce n’est qu’un concept inventé pour cautionner des pratiques discriminatoires uniquement fondées sur notre appartenance au genre masculin. Et le plus dramatique, c’est que cela fonctionne, car peu sont ceux qui osent se révolter pour échapper à leur triste condition. Alors au printemps, odieusement exploité comme des millions d’autres hommes, je tonds le gazon. Tel est le destin du pauvre Kiki. Vous comprenez maintenant pourquoi je déteste le printemps presque autant que l’automne. Il faut tondre la pelouse.

Heureusement, avec la chaleur étouffante de l’été, la pelouse en prend un sacré coup derrière les oreilles. Tout devient sec. La végétation s’étiole et jaunie. Les maigres touffes d’herbes qui résistent aux rayons brulants du soleil arrivent à peine à retenir la poussière au sol. Il faut les ménager. Donc, pendant l’été, la tondeuse se repose. Oui, je sais. On pourrait arroser un peu pour éviter que l’herbe jaunisse. Mais c’est prendre le risque de devoir tondre. Et par une chaleur pareille… Rien que d’y penser, ça me fait venir la transpiration.

Puis vient l’automne. C’est, à mon avis, la pire des saisons. Non seulement l’herbe se remet à pousser, mais en plus, les arbres perdent leurs feuilles. Et il semble que ramasser les feuilles mortes soit aussi un travail d’homme. Devant la maison, sur un bout de terrain de trente mètres carrés, nous avons la malchance d’héberger deux arbres. Le premier est un murier platane qui produit à peu près cinq cents litres de feuilles par ans (cinq sacs de cent litres). Mais ce n’est pas le plus pénible, car ses feuilles sont plus larges que ma main, donc faciles à ramasser. J’ai plus de mal avec l’autre arbre, l’albizia. C’est un bel arbre, l’albizia. Ça fait de jolies fleurs rose et blanche en forme de plumeau. Mais ça fait également des feuilles aussi petites que des confettis, et comme le nôtre fait plus de trois mètres de haut, en automne elles s’éparpillent partout. Et en plus, quand il pleut, ces cochonneries se collent par terre.  Je dois passer plusieurs heures à frotter l’allée au balai brosse pour tout enlever.

En hivers, coté pelouse, je suis plutôt tranquille. L’herbe pousse moins vite, et comme elle est souvent mouillée, les occasions de tondre sont rares.  Par contre, je dois encore m’occuper à tailler les arbres. Tous les ans l’albizia produit des branches de plus de deux mètres qu’il faut couper sous peine d’avoir, l’automne suivant, encore plus de feuilles à ramasser. Et j’ai à peine fini de couper les branches, que c’est déjà le printemps…

Je ne suis pas loin de croire que l’albizia est une malédiction, un châtiment divin. Je me sens comme un Prométhée enchaîné au cycle des saisons.

J’ai bien proposé de bétonner le jardin et de raser les arbres, mais Mon Amour s’y oppose fermement sous prétexte qu’elle aime la nature. Et alors ! Moi aussi, j’aime la nature, mais seulement quand elle est sauvage. Pas celle qu’on met en pot, qu’on doit tondre, arroser ou tailler.

En relisant cet article, je me rends compte que vous pouvez vous demandez quel est le rapport entre cet article et son titre. Vous vous dites surement que c’est encore N’importe-quoi.

Avant des vous conter mes tribulations végétales et la haine que m’inspire ce maudit printemps, je n’avais pas eu le temps de préparer un article pour cette semaine. Alors pour vous faire patienter, j’avais prévu de vous présenter un petit gadget : La boite à Meu. Mais comme j’ai réussi à remplir ma page…

Allez, comme je ne suis pas chien, je vous le donne quand même.

Voici donc pour vous La boite à Meuh.

(C’est Madame Turquoise qui va être contente…).

On passe la souris dessus et Hop, ça fait Meuuuh !

Ce gadget est parfaitement inutile, il avait donc sa place au Kikimundo. J’ai l’ai trouvé en allant me balader dans le blog d’AnnaK.

Voici le code source que j’ai utilisé pour afficher la boite à Meuh :

<object classid= »clsid:d27cdb6e-ae6d-11cf-96b8-444553540000″ width= »400″ height= »420″ codebase= »http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,40,0″><param name= »src » value= »http://boitam.eu/boitam.eu.swf » /><embed type= »application/x-shockwave-flash » width= »400″ height= »420″ src= »http://boitam.eu/boitam.eu.swf »> </embed></object>