Le jeu du dimanche

C’est dimanche, le jour du jeu ! Il y a quelques semaines, j’ai été convié par mes camarades de diaspora* à participer à une sorte de jeu autour de GIMP, le logiciel de création et de retouche d’image libre et gratuit que j’utilise pour mes petits dessins.

La règle de jeu est simple : Choisissez une photo (de préférence une dont vous êtes l’auteur), éditez-la avec GIMP, publiez-la un dimanche avec l’étiquette #sundaygimp et suivez le tag…

Pour l’occasion, j’ai ressorti un vieux montage photo réalisé en novembre 2017. Et je me suis rendu compte que je ne l’avais même pas publié sur ce blog. Ce serait dommage de ne pas vous en faire profiter. Donc, la voici.

Il s’agit d’une image inspirée à la fois par H.P. Lovercraft et Claude Nougaro…

Cthulouse
Ô Cthulouse !

Un peu de ménage.

Jeudi dernier, je me suis dit qu’il était temps de faire une sauvegarde de mes fichiers. On sait tous combien il est important de sauvegarder ses données mais en général, on n’y pense pas. Ou quand on y pense, on remet ça à plus tard en se disant que si ça a tenu jusqu’à aujourd’hui, ça tiendra encore quelques jours de plus. Jusqu’au jour où ça tombe vraiment en panne…

Bref, bien décidé à ne pas me laisser piéger, j’ai entrepris de sauvegarder mes fichiers en commençant par faire un peu de ménage : Ranger dans des dossiers ce qui doit être archiver et virer tout ce qui ne mérite pas d’être gardé.

Ainsi, en triant mes fichiers, je suis tombé sur quelques images de tableaux que j’avais mis de coté pour mes petits dessins, et que j’avais complètement oublié. Parmi celles-ci, il y avait un portrait de Lydia Delectorskaya peint par Henri Matisse. Un portrait qui vaut bien qu’on en fasse un Escargolio à la façon de…

Les barbares

Un jour, Junior m’a fait remarqué que ses sœurs dans apparaissaient des tableaux Escargolio à la façon de…, mais qu’il n’y en avait pas avec lui. Il était temps de combler cette lacune.

Si le titre de cet article est emprunté à une chanson de Bernard Lavillier, c’est tout simplement parce qu’elle fait écho à l’illustration que je vais montrer ici.

Depuis tout petit, Junior aime les barbares. Il s’imaginait en grand guerrier, puissant, sauvage et pratiquement invincible. Je le revois courir dans le jardin, agitant un bâton en guise d’épée et décimant à lui seul des hordes d’ennemis imaginaires dans des combats épiques qui pouvaient durer des heures. C’est un jeu qu’il pratiqua d’ailleurs assez longtemps. La pelouse en garde encore la trace.

Ainsi, l’idée du dessin qui représentera Junior c’est imposée d’elle même. Ce sera Conan le barbare, celui du film de John Milius dont il est fan. J’ai adapté l’affiche peinte par Frank Frasetta, grand illustrateur dont le travail influença le genre Fantasy art.

Quand je lui ai soumis l’idée, Junior semblait ravi. Il émit néanmoins quelques réserves quant à la réaction de sa petite amie. On verra bien.

Noir c’est noir.

J’ajoute à notre collection Escargolio à la façon de spécial BD, cette fausse couverture d’album inspirée de celles que Jacques Tardi a dessinées dans ses adaptations graphiques des nouveaux mystères de Paris. Cette série de romans policiers de Léo Malet, relate les aventures du détective privé Nestor Burma à Paris au milieu du siècle dernier.

Aujourd’hui, quand on me dit “Roman policier”, je pense tout de suite à Toulouse polars du sud, l’évènement autour de la littérature policière auquel madame YueYin et moi essayons d’aller tous les ans. Ce qui vous explique pourquoi j’ai déplacé l’action de ce Nescar Gurma dans le sud-ouest.

Voici un lien vers le site de l’association Toulouse Polars du sud qui organise le festival chaque année : https://www.toulouse-polars-du-sud.com/