La fable.

Voici un dessin inspiré de l’actualité de la semaine. Le gros morceau de la rentrée, c’est la réforme des retraites. J’écris “gros morceau” parce que pour moi, c’est un peu dur à avaler. La méthode est toujours la même, un grand classique : On t’endort avec une belle histoire, et à la fin on te pique le fromage. Une fable, quoi !

La technique fonctionne, alors pourquoi s’en priver, hein ?!?

Malgré les revers de fortune que nous connaissons depuis plusieurs années, je garde quand même l’espoir qu’un jour nous ne nous laisserons plus berner et qu’ensemble, nous arriverons virer cette poignée de filous qui s’arroge le droit de décider à notre place comment répartir le fruit de ce que nous produisons.

7 réactions dans “La fable.

  1. Bonsoir Mr Kiki,
    On pourrait aussi penser à Escargolio et le pot au lait, comme fable, ne croyez-vous pas ? Adieu, veau, vache, couvée et retraite un jour…

    1. On pourrait y penser aussi madame Turquoise, mais contrairement à Perette, Escargolio n’a jamais rêvé d’avoir plus, encore plus, toujours plus. C’est le moteur du capitalisme, et on voit où ça nous mène…
      A bientôt madame Turquoise

  2. Re-bonsoir Mr Kiki,
    J’ai modifié l’adresse de mon Gravatar, je veux voir s’il fonctionne…Et j’en profite pour vous souhaiter une belle soirée !
    “J’avance
    dans le vent d’automne —
    vers quel enfer ?”
    Issa (toujours merveilleux !)

Répondre à Mr Kiki Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *