Zani-mots – 420

Monsieur Acker m’a rappelé qu’il attend un zani-mot pour la petite Sarah. Ne le faisons plus attendre. Il m’a laissé le choix du motif, un exercice un peu compliqué pour qui ne sais pas choisir. J’ai fait appel au chat de la maison pour m’aider dans cette tâche, en me demandant ce qu’il aimait. J’ai écarté les lézards car j’en ai déjà dessiné pas mal, et tant qu’à avoir le choix, autant faire original. Le zani-mot de Sarah sera donc une mésange.

Et voilà que depuis ce matin, je fredonne Sarah, la chanson écrite Georges Moustaki et magistralement interprétée par Serge Reggiani. Le disque passait régulièrement chez mes parents. J’ai grandi avec. Bien sûr, je n’ai vraiment compris le sens de cette chanson qu’une fois adulte, mais elle reste pour moi une chanson d’enfance. Je me suis longtemps demandé pourquoi cette chanson s’appelait Sarah alors que ce prénom n’était pas prononcé un seule fois. Cela fait référence à l’introduction récitée par Reggiani qui reprend trois strophes d’un poème de Baudelaire…

Si vous la rencontrez, bizarrement parée,
Se faufilant, au coin d’une rue égarée,
Et la tête et l’œil bas, comme un pigeon blessé,
Traînant dans les ruisseaux un talon déchaussé,

Messieurs, ne crachez pas de jurons ni d’ordure
Au visage fardé de cette pauvre impure
Que déesse Famine a, par un soir d’hiver,
Contrainte à relever ses jupons en plein air.

Cette bohême-là, c’est mon tout, ma richesse,
Ma perle, mon bijou, ma reine, ma duchesse,
Celle qui m’a bercé sur son giron vainqueur,
Et qui dans ses deux mains a réchauffé mon cœur.

Baudelaire – Œuvres posthumes 1908

Et voici quelques liens :

5 réactions dans “Zani-mots – 420

  1. La mésange, le poème, le dessin et dans ma tête, la chanson : la femme qui est dans mon lit n’a plus 20 ans depuis longtemps. ..
    Joli moment de poésie pour un dimanche matin, merci !

Répondre à Mr Kiki Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *