Zani-mots – 420

Monsieur Acker m’a rappelé qu’il attend un zani-mot pour la petite Sarah. Ne le faisons plus attendre. Il m’a laissé le choix du motif, un exercice un peu compliqué pour qui ne sais pas choisir. J’ai fait appel au chat de la maison pour m’aider dans cette tâche, en me demandant ce qu’il aimait. J’ai écarté les lézards car j’en ai déjà dessiné pas mal, et tant qu’à avoir le choix, autant faire original. Le zani-mot de Sarah sera donc une mésange.

Et voilà que depuis ce matin, je fredonne Sarah, la chanson écrite Georges Moustaki et magistralement interprétée par Serge Reggiani. Le disque passait régulièrement chez mes parents. J’ai grandi avec. Bien sûr, je n’ai vraiment compris le sens de cette chanson qu’une fois adulte, mais elle reste pour moi une chanson d’enfance. Je me suis longtemps demandé pourquoi cette chanson s’appelait Sarah alors que ce prénom n’était pas prononcé un seule fois. Cela fait référence à l’introduction récitée par Reggiani qui reprend trois strophes d’un poème de Baudelaire…

Si vous la rencontrez, bizarrement parée,
Se faufilant, au coin d’une rue égarée,
Et la tête et l’œil bas, comme un pigeon blessé,
Traînant dans les ruisseaux un talon déchaussé,

Messieurs, ne crachez pas de jurons ni d’ordure
Au visage fardé de cette pauvre impure
Que déesse Famine a, par un soir d’hiver,
Contrainte à relever ses jupons en plein air.

Cette bohême-là, c’est mon tout, ma richesse,
Ma perle, mon bijou, ma reine, ma duchesse,
Celle qui m’a bercé sur son giron vainqueur,
Et qui dans ses deux mains a réchauffé mon cœur.

Baudelaire – Œuvres posthumes 1908

Et voici quelques liens :

Zani-mots – 419

C’est la demande de Madame Maria qui m’a rappelé il y a quelques jours que j’avais un blog à nourrir. Je me rends compte que cette période chômage partiel a commencé par freiner ma production de dessins. J’ai l’impression d’avoir tellement de temps devant moi que je peux en faire un peu tout et n’importe quoi. Le truc, c’est que les journées n’ont que vingt-quatre heures, et si je veux continuer à dessiner régulièrement, il va falloir que j’organise mon temps libre, un peu comme j’organise mon temps au boulot, puisque que je vais rester au chômage au moins jusqu’au mois de décembre. Je vais donc me réserver des plages de temps pour le dessin.

Voici un des deux zani-mots demandé par madame Maria, le cheval Gabriela !

Zani-mots – 418

Allez, on reprend… Hier en recevant une nouvelle demande de zani-mot, je me suis promis de lâcher un peu le jeu vidéo qui m’occupe depuis plusieurs semaines et de me remettre au dessin. En voici donc un, un zani-mot proposé par madame Virginie Buthon, le papillon du bonheur…

Pleine lune

Non, ce titre n’est pas une allusion voilée à une quelconque pénurie de papier toilette. Il fait références à “Pleni luna”, un ensemble de lithographies de l’artiste cubain Wilfredo Lam dont je me suis inspiré pour cet Escargolio à la façon de…