Troisième classe

Voici un dessin inspiré d’une aquarelle de Honoré Daumier. Le wagon de troisième classe.

Promiscuité, banquette en bois et courants d’air… C’était le traitement réservé aux plus modestes. Le confort s’est amélioré. C’est normal, les mœurs évoluent. Aujourd’hui, il est de bon ton de prendre soin de nos pauvres. Pour qu’ils puissent voyager à peu de frais, on leur propose des bus pour faire le même trajet qu’en train. C’est deux fois moins cher. C’est aussi deux fois plus long et ça pollue un peu plus.

Les mœurs évoluent, les discriminations aussi…

Edit du 07/02/2022

En réponse à une suggestion de madame Dom, je vous donne un lien vers l’image qui m’a servi de modèle. Honoré Daumier à fait plusieurs dessins sur ce thème. Je me suis inspiré de l’aquarelle conservée en Suisse.

Voici donc le lien : Le wagon de troisième classe – Collection Oskar Reinhart, Winterthour (Suisse).

4 réactions dans “Troisième classe

  1. Il a l’air de faire de beaux rêves, Escargolio !… Y a-t-il un lien possible vers le dessin de Daumier ? J’aime bien m’instruire par le canal du kikimundo…
    Merci pour ce nouvel envoi ! Et bonne nuit dans un lit plus douillet que cette banquette…

  2. Oui, le confort s’est amélioré. Et je suis hermétique aux différences de classes, car il n’y a pour moi pas de lutte des classes. Mais quand on se retrouve en train première classe lors d’un trajet de nuit censé être au calme (parfois moins cher qu’en deuxième suivant les propositions), mais avec pour voisins des parents dont le rejeton blondinet joue les Sarkozy épileptiques en couant de long en large, c’est là que l’on se rend compte que l’éducation, le respect et le savoir vivre priment sur une pseudo-classe, quelle qu’elle soit.
    Je rêve des Escargolio aussi cools dans mes futurs trajets de nuit. ;-) :-)

    1. Avec notre petit dernier qui ne tenait pas en place, vous n’auriez peut-être pas aimé nous avoir comme voisin monsieur Gilles :D
      J’ai des souvenirs terribles de certains de nos voyages. Sur le plan éducation, nous n’en avons pourtant pas moins fait pour Junior que pour ses sœurs.
      Bien sûr, apprendre à vivre en société c’est important, mais avec un gamin remuant, c’est quand même plus facile dans une maison avec jardin que dans un petit appartement, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.