Tout sur Mr Kiki – part II

Je pensais vous avoir déjà tout dit. Il semble pourtant qu’un certain mystère entoure encore Mr. Kiki. La preuve : Madame YueYin me demande de faire sept révélations à mon sujet.

Mais qu’est-ce que je vais pouvoir raconter d’inédit ? Cela m’apprendra à étaler ma vie dans les pages de ce blog. Je dois absolument trouver un fil conducteur pour faire venir l’inspiration. Et si on partait de la symbolique de chiffre sept. Il y a des tas de choses qui vont par sept. Les sept jours de la semaine, les sept péchés capitaux, les sept mercenaires, les sept doigts de la main (Euh, là j’ai un doute…), les sept merveilles du monde, les sept couleurs de l’arc-en-ciel…

J’ai bien une idée, mais j’hésite un peu. Je ne voudrais pas effrayer les plus sensibles. En effet, quand elle était petite, notre blodinette avait peur à chaque fois qu’elle regardait Blanche-Neige à la télé. C’est pourquoi j’ai des scrupules à parler des sept nains…

– Mais non Papa, j’avais peur de la sorcière, pas des nains…

– Ah bon ?!? Alors n’hésitons plus !

Voici donc le QUIZZ des sept nains.

Joyeux

Les gens qui me côtoient me trouvent dans l’ensemble d’humeur joyeuse. Je parle peu, mais je rigole beaucoup. Mes collègues ne comprennent pas toujours pourquoi, et les voir essayer de comprendre, ça me fais encore plus rigoler… En fait, j’ai tendance à ne rien prendre au sérieux. Je vois du comique partout. Un peu trop peut-être. Cela exaspère parfois Mon Amour.

L’autre jour par exemple, notre Mini-Kiki déambulait dans la maison en chantant du Diam’s à tue-tête. Le refrain de sa chanson donnait quelque chose comme ça :

J’emmerde, j’emmerde, j’emmerde,
Qui ?
Le Font National

Comme il passait à coté de sa mère, celle-ci l’intercepta pour le houspiller :

– Titou, je t’interdis de dire des gros mots.

– Mais Papa, il a dit que quand c’est dans une chanson, on a le droit…

– Je ne veux pas savoir. Tu ne dois pas dire de gros mots. Un point c’est tout !

Et moi, arrivant à cet instant.

– C’est vrai Titou. Que je ne t’entende plus dire Front National dans cette maison !

Titou mort de rire et Mon Amour désespérée :

– Non Kiki. C’est sérieux là ! Après il va chanter ça à l’école et on va encore être embêté…

Désolé, c’est plus fort que moi…

Dormeur

Quand le sommeil me prend, j’ai beaucoup de mal a résister. Mon Amour prétend que lorsque je me couche, je m’endors avant même que ma tête touche l’oreiller. Il m’arrive ponctuellement de m’endormir à table, entre la poire et le fromage. Je me cale sur ma chaise, le dos bien appuyé, les bras croisés. Je me mets en mode veille. Et hop, je dors. Cela ne manque pas de surprendre les convives qui ne sont pas habitués, surtout quand ça arrive dans un restaurant…

Grincheux

Quand on me réveille brutalement, je suis d’une humeur exécrable. Et cela peut durer jusqu’à ce que j’ai totalement terminé mon cycle de sommeil. Il y a une quinzaine d’année, je me réveillais souvent de mauvaise humeur. A l’époque, on avait un chat complètement obsédé par la bouffe. Il n’était pas gros, mais il ne pensait qu’à manger. Et le matin, quand il trouvait qu’on ne se levait pas assez vite pour le servir, il employait un tas de ruses diaboliques pour nous faire sortir du lit. Par exemple, il nous collait son nez humide dans l’oreille et ronronnait comme un moteur diesel. ça, c’était sa méthode douce, car la plupart du temps, il passait sous la couette au bout du lit, et dès qu’il rencontrait un pied, il filait un coup de griffe avant d’aller se cacher. Ou encore, il s’asseyait sur la table de nuit et nous balançait sur la tête tout ce qui était à sa porté. Une fois, Mon Amour s’est pris un verre d’eau. Bonjour le réveil !!! Et si on fermait la porte de la chambre, il faisait un tel raffut dans l’appartement qu’on était obligé de se lever pour voir ce qui se passait…

Atchoum

Quand je sors au soleil, il m’arrive souvent d’éternuer. On ne peut pas vraiment parler d’allergie. Il s’agirait plutôt d’une grande sensibilité à la lumière. C’est certainement pour ça que j’ai toujours préféré la pénombre. Quand j’étais adolescent, j’ouvrais rarement les volets de ma chambre. Comme je n’éprouvais pas le besoin de voir du monde, je pouvais rester des jours entiers dans mon sombre repère. Cela inquiétait beaucoup ma maman qui se demandait si j’étais vraiment normal. Elle soudoyait même mes potes pour qu’ils me fassent sortir. Mes parents me surnommaient affectueusement Le rat…

Timide

Si je suis timide ? Oui d’une certaine façon. Je crois que c’est liée au fait que je suis incapable de construire rapidement une phrase pour exprimer une idée. Alors je préfère ne pas parler plutôt que d’être compris de travers. Cette peur de parler m’a d’ailleurs valu une mésaventure traumatisante. La tehon à la inf, pour reprendre l’expression de Miss Margoulette.

En classe de première, notre professeur de français nous entrainait à l’épreuve orale du BAC. Elle nous avait donné des textes à préparer et nous devions les présenter devant la classe par groupe de deux. Avec mon camarade, nous nous étions répartis le travail. Je commençai l’exposé, le nez sur ma feuille.

– Voici un texte de Théophile Gauthier… Le vers et la trépassée

Dans la classe régnait un silence de mort. Je levai la tête. La prof s’était installée parmi les élèves, juste en face de moi. J’essayai d’enchainer sans lire mon papier en la regardant droit dans les yeux, et je me mis à bafouiller :

– Euh…Bon… Ben, je vais vous l’introduire… … Euh, le texte !

Je craignais d’avoir tenu malgré moi des propos scabreux, et en voulant rattraper le coup, je m’étais enfoncé d’avantage. Toute la classe était pliée de rire. Moi, j’étais tout vert, incapable de continuer. J’ai tendu la feuille à mon camarade qui a fini l’exercice tout seul.

Prof

Toujours au lycée, en automatisme (J’ai passé un BAC technique). Le prof me surnommait Monsieur Spock (de la série télé Star Trek), car j’avais, semble-t-il, une prédisposition évidente pour la logique combinatoire. Dès le premier cours, je maîtrisais parfaitement l’algèbre de Boole et des tableaux de Karnaugh, comme si c’était ma langue maternelle. Nous faisions des travaux pratiques sur des automates programmables et mes réalisations dépassaient souvent ce qu’attendait le prof. Quand il contrôlait mon travail, il restait un bon moment devant ma machine à vérifier la programmation et il finissait par me dire :

– Vas au tableau et explique à tes camarades comment tu fais.

Et je me retrouvais à faire un cours d’automatisme à mes copains de classe. Bizarrement, quand je parlais le booléen, je n’avais pas cette peur qui me paralysait quand je m’exprimais en français.

Simplet

On me trouve souvent un côté dans de la lune. En fait, j’ai un grand pouvoir de concentration. Quand je suis dans mes pensées, je fais facilement abstraction de tout ce qui m’entoure et il faut vraiment mettre le paquet pour me faire réagir. Si je hoche la tête quand vous me parlez, cela signifie que je vous entends, pas forcément que je vous écoute. Les personnes averties attirent mon attention avant de me parler et s’assurent que je suis vraiment là. Les autres sont quelquefois surpris. Si mon interlocuteur me pose une question juste au moment où je reviens sur terre, je ne sais pas quoi répondre. Quand j’ai commencé à travailler, une collègue venait souvent dans mon bureau pour me commander des petits travaux. Elle m’expliquait pendant cinq minutes ce qu’elle voulait, mais comme j’étais absorbé par mon travail, tout ce que je retenais, c’était sa dernière phrase :
– Est-ce que tu peux faire ça ?

Et systématiquement, je lui demandais en faisant des yeux ronds :
– Faire quoi ?

Elle croyait que je l’envoyais bouler et elle ne comprenait pas pourquoi.

Avec le temps, j’ai appris à ménager mes collègues. Maintenant, quand je me retrouve dans ce genre de situation, je balance une phrase comme « Tu peux me l’écrire ? Il faut que j’y réfléchisse… »

Bon, ça ne marche pas à tous les coups. Quand on vient me chercher pour le déjeuner, ma réponse passe-partout tombe un peu à coté, mais c’est toujours mieux toujours que rien…

Voilà ! J’ai répondu au questionnaire des sept nains. Pour terminer, puisqu’on a parlé du chiffre sept et que vous avez été bien sages, je vous offre ce petit jeu.

En recopiant ce dessin de Blanche-Neige, notre dessinateur a fait sept erreurs. Saurez-vous les retrouver ?

Allez, pour vous aider, je vous donne un indice : Nains porte-quoi !

32 réactions dans “Tout sur Mr Kiki – part II

    1. Non Monsieur Thom, il n’y en a pas au Kikimundo. Chez nous, c’est d’ailleurs un mot tabou. Par contre, dans le pays qui nous enclave, cette maladie honteuse encore trop répendue. Personne n’a, à ce jour, trouvé un vaxin efficace…

  1. Ah lalalala…J’en connais un autre qui s’endort très facilement à table.
    Je constate que vous n’avez jamais exercé ce talent en mm tps…
    Enfin, on vous aime bien qq mm.
    Bisoux chez vous

    1. Bonjour Madame ALaure,
      Effectivement, quand je suis assommé par le sommeil, c’est toujours en début d’après-midi, alors que Monsieur Doudou, lui, s’endort plutôt en fin de soirée. Nous avons une incompatibilité sièstique…
      Bises

  2. C’était gé-nial !!! J’ai éclaté de rire quand j’ai vu ma phrase “La tehon jusqu’à la inf” dans votre article.

    J’ai trouvé l’idée originale ! Les sept nains, ça remonte à loin ça…

    Mais quel est votre nain préféré ? Moi, j’ai toujours adoré simplet ! ;-))))

    1. Bonsoir Miss Margoulette,
      J’aime bien Simplet, il est mignon. Mais mon préféré c’est Grincheux. C’est le plus expressif, a mon avis.
      A bientôt.

  3. Très réussi ce questionnaire des sept !
    J’ai compté tous les carreaux du dessus de lit, mais là je ne vois pas, je donne ma langue aux chats euhhh aux gastéropodes ! ;-o)

  4. Cher Monsieur Kiki,

    Que de révélations ! Vous êtes les sept nains à vous tout seul et ça c’est grandiose. Je savais que vous étiez un personnage d’exception mais à ce point.

    Pour le jeu, mmh, je dirais que les sept charmants gastéropodes du film ont été remplacés par d’affreux petits bonhomme ridés, mal habillés et coiffés de bonnets ridicules. C’est bien ça non ?

    Amicalement

    Chimère

    ps : merci, merci pour la dédicace ! J’étais toute sautillante d’allégresse quand j’ai ouvert le paquet devant les yeux effarés d’une de mes voisines. Ma réputation de fille sérieuse est définitivement perdue.

    1. Coucou Madame Chimère,
      Sept nains à moi tout seul… Je ne sais pas pourquoi, mais ça me fait penser à ces vieille pubs de lessive.

      – Madame, je vois que vous venez d’acheter un Mr. Kiki.
      – Oui.
      – Si je vous le reprends et qu’à la place je vous donne sept nains ordinaires.
      – Oh ben non alors. Moi, je garde mon Mr. Kiki…

      Pour le jeu, vous êtes sur la bonne voie, mais il semble que votre mémoire soit un peu altérée. Revisionnez le film, vous allez trouver !

      A bientôt

      PS : Pour la dédicace, il faut remercier Madame Yue-Yin. C’est elle qui a eu l’idée de vous faire cette surprise.

  5. C’est étonnant comme on cherche un équilibre !
    J’ai remarqué assez souvent que lorsque la dame est sociable, bavarde, extravertie, le monsieur est souvent : au pire ‘timide’, intraverti, au mieux ‘réservé !
    Désolée, j’ai bien cherché, si si je jure mais je n’ai pas vu de différences…
    Je me rappelle plus qu’y était mon nain favori !

    1. Bonsoir Madame Anjelica,
      Dans vos observations, quand c’est le monsieur qui est sociable, bavard et extraverti, comment est la dame ?
      Visiblement, vous avez vous aussi besoin de revoir Blanche-Neige et les sept nains…
      A bientôt

  6. Bonsoir Monsieur Kiki J’ai beaucoup ri en lisant vos réponses. Et comme j’ai été nommée chat, moi aussi, et que j’ai peu d’idées en ce moment (je suis trop fatiguée..), je me permettrai de vous emprunter ce questionnaire des 7 nains pour m’aider à répondre. Passez de très bonnes vacances. A bientôt !

    1. Bonjour Madame Turquoise,
      Les vacances sont maintenant presque finies. Elles furent bonnes. Humides mais bonnes…
      Je vais faire un petit saut sur votre blog, histoire de voir comment vous vous débrouillez avec les nains.
      A bientôt.

  7. Cher Mr Kiki,
    Quelle coïncidence! Vous aurez sûrement remarqué qu’en ce moment, les bloggueuses cherchent à savoir quelle héroïne de conte de fée elles sont. Les Blanche Neige sont très répandues dans la blogosphère! Y en a d’ailleurs plusieurs qui ont posté des commentaires pour cet article… huh huh je ne dénoncerai personne :p

    1. Chère Madame Kalistina,
      Je suis heureux de vous accueillir au Kikimundo.
      Effectivement, voir autant de Blanche Neige se révéler au moment où je deviens les sept nains à moi tout seul est une curieuse coïncidence. Peut-être devrions nous rebâptiser ce conte Les sept Blanche Neige et le Kiki…
      J’ai moi-même essayé le test des héroïnes de contes de fée. J’ai eu un peu de mal à répondre à certaines questions, comme celle où il faut choisir un prince charmant. Mais bon, avec un peu d’imagination…
      Résultat : Je suis le Petit Chaperon rouge.
      A bientôt

    1. Bonjour Madame Cécile de Quoi de 9,
      Un Kikipage avec les nains ? Oui, c’est faisable… Je le note dans un coin pour la prochaine opération Kiki-page. Je n’ai malheureusement pas pu voir la vidéo dont vous parler, il semble qu’elle ait été supprimée, mais ce que vous dites dans votre article est bien observé.
      A bientôt.

  8. rhôô ! au détour d’un commentaire je lis ce billet que j’avais râté ou oublié (non j’ai dû le rater on peut pas l’oublier!)

    M.Kiki parlez nous booléen je suis sûre que cela va plaire à tout le monde ;-)

    en attendant je ris de vos “défauts” :-)

    1. Ce billet est ancien maintenant. Pas étonnant que vous l’ayez raté Madame Homéo. A l’époque, vous ne fréquentiez pas le Kikimundo…

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *